Si le printemps et ses floraisons traduisent un renouveau de la nature, cela s'accompagne malheureusement aussi de multiples dispersions agressives pour les personnes sensibles. Les pollens qui se répandent dans l'atmosphère peuvent constituer de redoutables substances allergènes. En vingt ans, les allergies respiratoires ont presque doublé. Aujourd’hui, ce sont près de 15 millions de Français sont touchés par cette maladie, fluctuant au gré des saisons. 

Les facteurs favorisants les crises allergiques
Parmi les différentes manifestations allergiques (rhume des foins, asthme ou eczéma), nombre d'entre elles sont liées à l'environnement végétal. Cependant, d’'autres facteurs, comme le stress et la fatigue, peuvent aussi favoriser la survenue d'une allergie. Un certain nombre d'infections, et notamment virales (on pense bien sûr au Covid 19), peuvent, lorsqu'elles coexistent avec une forte période de pollinisation, entraîner une sensibilisa­tion accrue aux pollens parce qu'elles dérèglent les mécanismes de la régula­tion immunologique. Cela s’explique en partie par les modifications de notre mode de vie et de l'influence de plus en plus prépondérante des facteurs environnementaux, tels que la pollution atmosphérique (particules fines, diesel, benzène, etc.) ou l'utilisation excessive d’additifs alimentaires. Les scientifiques mettent aussi en cause la « malbouffe » qui sensibilise le système immunitaire et conduit à un état global d’allergie, qu’elle soit respiratoire, cutanée ou digestive.

Devant le caractère très personnalisé des allergies, les médecines natu­relles trouvent un terrain d'élection. Votre naturopathe peut vous conseiller rapidement, n'hésitez pas à le contacter avant que votre système immunitaire ne flambe. Quelques pistes à explorer : 

Gemmothérapie

Fagus sylvatica (les bourgeons du hêtre) ont une action analogue à un anti­histaminique, mais sans l'accoutumance, la somnolence ni encore moins l'épuisement.

Betula pubescens (les bourgeons de bouleau) ont une action anti-histaminique assez comparable, mais plus marqué sur les bronches et l'asthme.

Sans oublier Ribes nigrum (les bourgeons de cassis) qui ont un tropisme antiinflammatoire (à ne pas utiliser sans l'avis du thérapeute). 

La tisane anti-allergies
On l'a vu, les formes et les causes d’allergies sont multiples et il en est de même pour les traitements. Cependant, cette tisane concoctée par le docteur Jean Pierre Willem, donne en général d’excellents résultats :
80 g Chardon-Marie + 10 g genêt à balais + 30 g saponaire + 30 g hysope.

L'aromathérapie

Là aussi, les huiles essentielles peuvent être très intéressantes. Ne pas s'automédiquer soi-même mais demander conseils quant au choix de l'huile essentielle, à sa posologie et à son mode d'absorption.

Parmi mes préférées, deux HE anti-allergiques : Estragon et Camomille noble.

Et puis il y a l'homeopathie qui cible au millimètre près le traitement qu'il vous faut. N'hésitez pas à consulter pour en savoir plus. 

 

 

Covid 19 oblige, n'oubliez pas de vous laver les mains régulièrement. Mais à la longue, elles peuvent se dessécher et léser la barrière protectrice de l'épiderme. 

Vous pouvez confectionner vous-même un baume maison à laisser poser 30 minutes sur vos mains où à appliquer en petite quantité tout au long de la journée :

  • 2 cuillères à soupe d’huile végétale (celles d’olive, d’amande et d’avocat sont particulièrement hydratantes)

  • 2 cuillères à soupe de citron pressé

  • 2 cuillères à café du miel de votre choix

Quelle eau boire pour optimiser l’élimination des toxines ? En quelle quantité ? Et à quel moment ? L’eau est indispensable à notre organisme… Ce dernier en a déjà besoin pour se construire puisqu’il est composé à 70% de liquide.. Il en a aussi besoin pour fonctionner puisque c’est de l’eau que dépendent les échanges cellulaires, l’activité des enzymes, la production de sucs digestifs, l’hydratation de la peau et des muqueuses (dont les muqueuses du tube digestif), la lubrification des articulations et des yeux, le maintien du volume sanguin et de la lymphe, et aussi l’élimination de toxines… Avec l’article d’aujourd’hui, et après un rappel de la place de l’eau dans le corps, vous découvrirez quelle eau boire pour optimiser votre fonctionnement organique (dont l’élimination de toxines), en quelle quantité et à quel moment… C’est donc d’hydratation et d’élimination optimum dont il est question. Précision : lors de pratiques sportives intensives d’endurance (course à pieds), l’approche de l’hydratation est différente de celle évoquée dans cet article.

La place de l’eau dans le corps

Nous sommes constitués à 70 % d’eau, ce qui fait en gros 40 litres d’eau pour un individu de 60 kilos… Rappel : Le sang (entre 4 à 5 litres chez la femme, 5 à 6 litres chez l’homme) est composé de 80% d’eau, La lymphe (entre 6 et 10 litres) de 95%, Les tissus musculaires de 75%, Le tissu osseux de 25%, Le tissu adipeux d’un maximum de 25%, Le liquide céphalo-rachidien ou cérébro-spinal (environ 140 ml) de 99%. Cette eau sert aussi à la fabrication des sucs digestifs, dont ils en sont composés à plus de 97 %… Rappel : Sécrétion salivaire : 1 à 1,5 litres/jour Suc gastrique (= ensemble des secrétions de l’estomac) : 1,5 à 2 litres/jour… Suc pancréatique : 1,2 à 1,5 litres/jour… Bile (synthétisée par le foie) : 800 ml à 1000 litres/jour… Suc intestinal : 1 à 2 litres/jour… Toutes ces secrétions sont ainsi déversées chaque jour dans le tube digestif.

Nos organes d’élimination évacuent également une grande quantité d’eau quotidiennement, et avec elle, une grande partie de déchets : 1,5 litre d’urine est évacué par les reins chaque jour, 0,5 litre de sueur par la peau (au repos), 0,3 l par la respiration par les poumons (au repos), 0,2 l dans les selles par les intestins Si l’on additionne toutes ces éliminations, cela fait 2,5 litres évacués par 24 h (sans sport, ni sauna, ni grosse chaleur, ni pathologie spécifique…). Au niveau de l’hydratation, cela donne donc 2,5 litres d’eau à apporter à quotidiennement pour compenser les pertes (beaucoup plus si sport, sauna, grosse chaleur…), dont : 1 litre par la consommation de fruits et de légumes + 1,5 litre par l’eau de boisson (attention au thé et au café : la théine et la caféine ont un effet déshydratant).

Préférez l’eau plate et les tisanes

À noter : un manque d’hydratation est une cause fréquente de constipation… Le manque d’hydratation provoque déjà le dessèchement des selles, qui progressent alors plus lentement dans le colon car elles manquent de volume pour stimuler le mouvement de l’intestin… Ce manque d’hydratation perturbe aussi la flore intestinale, ce qui peut aussi être cause de constipation. Le manque d’hydratation influe également sur le volume de bile et un manque de bile est également une cause courante de constipation. Pour le litre apporté par les fruits et légumes, prendre des fruits et des légumes bien juteux, bien murs, bio si possible (Les fruits et légumes frais sont constitués en moyenne de 80 à 95% d’eau). Pour le litre et demi apporté par l’eau de boisson, nous allons voir maintenant quelle est l’eau la plus adaptée.

A partir du 11 mai, les consultations au cabinet vont reprendre progressivement, dans des conditions de sécurité sanitaire très strictes : respect de l'heure d'arrivée pour ne pas stationner en salle d'attente, lavage des mains, port d'un masque, distanciation physique, nettoyage du cabinet entre les consultations.

Néanmoins, je reste à votre disposition pour continuer à assurer les consultations par téléphone ou par visioconférence. C'est selon votre choix. Ce dispositif "à distance" a très bien fonctionné durant la période de confinement et il n'y a pas de raison de s'en priver !

Je sais que beaucoup d'entre vous s'interrogent et parfois s'inquiètent : comment booster naturellement mon immunité, celle de mes enfants ou des grands parents; comment lutter contre le virus s'il est arrivé jusqu'à moi; comment gérer le stress ou l'angoisse qui m'ont envahi pendant le confinement; comment garder cette nouvelle énergie que j'ai peut-être acquise durant ces longues semaines...

Plantes, huiles essentielles, elixirs floraux, exercices respiratoires et physiques, autant de possibilités qui s'ouvrent à vous. En attendant, restez prudents, et au plaisir de vous retrouver très bientôt.

Un numéro de téléphone : 07 86 33 15 41

Une adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le saviez-vous

Des noix pour le coeur

Grignotez des noix de Grenoble, de macadamia, ou des amandes : une poignée par jour de ces oléagineux a plus d’effets bénéfiques pour votre cœur que tous les légumes du monde (et en plus, cela ne fait même pas grossir !)

Lire un chapitre par jour allonge l’espérance de vie

Une étude récemment publiée dans la revue Social Sciences & Medecine devrait faire plaisir à tous les férus de lecture : lire 30 minutes par jour allongerait l’espérance de vie d’environ 2 ans ! Lire avec attention améliore les fonctions cognitives : enrichissement du vocabulaire et développement de la concentration, stimulation du sens critique, meilleur raisonnement et empathie. Si l’étude met en avant les livres, le support (papier, tablette digitale, livre audio…) ne semble pas avoir d’incidence particulière.

La vitamine C protège bien des maladies cardiaques

Un régime riche en vitamine C, faisant la part belle aux fruits et légumes, permet d’abaisser le risque de mor - talité cardiovasculaire de 70 % ! C’est la conclusion d’une étude espagnole qui a décortiqué les habitudes alimentaires de 13 421 personnes pendant onze ans. Les chercheurs se sont assurés que ce bénéfice est bien lié à la vitamine elle-même et non aux fibres dont les produits végétaux sont également riches. L’effet protecteur se manifeste pour des apports d’au moins 320 mg par jour.

Martín-Calvo N, Martínez-González MA. Vitamin C Intake is Inversely Associated with Cardio - vascular Mortality in a Cohort of Spanish Graduates: the SUN Project. Nutrients. 2017 Aug