Une raison de plus pour chouchouter votre ami à quatre pattes : il augmente l’espérance de vie, selon une très sérieuse étude suédoise, publiée dans Scientific Reports. L'expérience a été menée pendant 12 ans sur plus de 3,4 millions d’adultes. Les chercheurs ont découvert que les propriétaires de chien ont trois fois moins de risque de mourir prématurément toutes causes confondues que les autres, notamment de maladies cardiaques. Mais une autre explication est plus étonnante : les propriétaires de chien ont un meilleur microbiote ! Un chien véhicule des bactéries, dont certaines boostent le système immunitaire. Les chercheurs ont estimé qu’un chien à la maison dope les populations de 56 espèces bénéfiques différentes. Mieux que le chat (24) ! Enfin, avoir un chien minimise l’exposition au stress, surtout chez les personnes seules, en réduisant les niveaux de l’hormone du stress, le cortisol, et en augmentant celui de l’ocytocine, l’hormone du bien-être.

Tove Fall et al., Dog ownership and the risk of cardiovascular disease and death – a nationwide cohort study. Scientific Repo

Selon une récente étude canadienne, les personnes qui commencent le sport tard dans leur vie peuvent atténuer les rides sur le visage, les pattes d’oie, les relâchements cutanés. Le sport combat les changements qui se produisent avec l’âge dans les couches à la surface de la peau. Après environ 40 ans, la plupart des gens connaissent un épaississement de la couche supérieure de leur peau, le stratum corneum. Pendant ce temps, la couche qui se trouve juste sous la surface, appelée le derme, commence au contraire à mincir. Elle perd de l’élasticité et des cellules. Cela donne à la peau un aspect plus translucide et relâché. Mais ces nouvelles découvertes montrent que le phénomène peut être neutralisé et même inversé. Elles ont prouvé que les personnes de plus de 40 ans qui font au moins trois heures de sport modéré ou intensif par semaine ont un stratum corneum plus fin et plus lisse, et un derme plus épais et plus élastique. Les chercheurs soupçonnent un lien avec les myokines, des substances fabriquées par les muscles en activité. Ils ont constaté des niveaux très élevés, dans la peau des personnes qui avaient fait du sport (+ 50 %). Ces substances pourraient entraîner les changements de structure dans la peau. Une bonne nouvelle, non ? Alors, à vos baskets…Sources : American Medical Society for Sports Medicine et journal de la médecine anti-âge (janvier 2017)