Plus connue pour son huile essentielle, la livèche est aussi un très bon condiment. Plante vivace des montagnes, ses fleurs jaunâtres parfument tous vos plats d'une odeur délicate proche de celle de son cousin, le céleri. Son petit plus : elle stimule les émonctoires.

Le nom latin de la livèche (Levisticumofficinale) indique que cette grande ombellifère de la même famille que le céleri a été répertoriée très tôt en tant que plante médicinale : levisticum dérive du latin levare, soulager. Elle fut probablement rapportée chez nous d’Iran, dont elle est originaire, par les moines bénédictins, vers l’an 800. Au Moyen-Âge, on lui reconnaît déjà des vertus stomachiques, calmantes et une action dans les soins de beauté. Cette réputation a malheureusement occulté les qualités de cette plante en tant que condiment. Très aromatiques, les feuilles de livèche parfument les soupes, les sauces, les courts-bouillons, les salades et les omelettes. En France, pays de la gastronomie, la livèche est ainsi quasiment tombée dans l’oubli, sauf en Alsace où l’on emploie les feuilles comme celles du cerfeuil et sa racine réduite en poudre comme du poivre.

En pleine terre ou en pot

Si vous n’en avez pas au jardin, n’espérez pas faire lever des graines de livèche cette année, elles ne germent que si elles sont de l’automne précédent. Il est donc préférable d’acheter un jeune plant qui suffira à une famille. La livèche se plaira dans un sol frais, riche en humus, profond et bien drainé. Mais on peut la planter partout, même dans un grand pot, si l’on ajoute à sa terre du terreau de tourbe et du compost et si on la place à mi-ombre. Si vous optez pour la culture en pot, il vous faudra en renouveler la terre chaque année. Un dernier détail : la belle est peu sensible au froid, mais a besoin de beaucoup d’eau. Dès la seconde année, vous pourrez diviser les touffes et ainsi augmenter votre récolte. Les feuilles et les fleurs se cueillent de mai à août et les fruits jusqu’en novembre, à consommer fraîches ou sèches. Quant à la racine, elle ne se récolte qu’à partir de la troisième année, en automne.

Elle stimule les émonctoires : lire la suite sur

www.plantes-et-sante.fr/articles/plantes-medicinales/2157-la-liveche-le-condiment-oublie-des-potagers

 

La camomille est considérée comme la reine des infusions, ce qui lui vaut souvent le doux surnom de « boisson de mamie ». Cette réputation moqueuse ne l’empêche pas de rester l'une des tisanes les plus bues au monde, mais il faut bien avouer que ses amateurs passent rarement pour des rois de la nuit ! Au sein de la famille des astéracées, la camomille est surtout connue pour ses propriétés calmantes et sédatives. Elle permet de dormir comme un bébé et elle est également anti-inflammatoire en usage interne comme en application externe. Son qualificatif de « matricaire20 » – du latin matrix – vient de son influence bienfaisante sur l'appareil reproducteur féminin. On parle de ses propriétés emménagogues et analgésiques : elle facilite la venue des menstruations et diminue les douleurs du syndrome prémenstruel. Elle fait aujourd’hui partie intégrante de la pharmacopée de 26 pays où elle entre dans la composition d’une multitude de préparations populaires. En Allemagne, on utilise ses capitules floraux en médecine pédiatrique pour traiter l'érythème fessier et les croûtes de lait des nourrissons. Ils contiennent 0,5 à 1,5 % d’huile essentielle bleue, dont la coloration est due à la présence de chamazulène, un composé anti-inflammatoire et cicatrisant. Ses flavonoïdes ont des effets calmants et antispasmodiques, efficaces contre les gastrites et les débuts d’ulcères. Son huile essentielle est également anti-candida albicans et antimicrobienne, principalement contre les bactéries gram+21.

Cet article est extrait du magazine Plantes & Bien-être n°35

 

La rhodiola est une plante adaptogène provenant principalement des régions froides. Utilisée par les vikings, elle est tombée dans l'oubli jusqu'à ce que les soviétiques la redécouvrent. En effet, désirant augmenter les performances des athlètes et des soldats, les soviétiques ont effectué plus de 180 études durant les années 70. Ces expériences ont été faites sur plusieurs plantes et c'est la rhodiola qui a obtenu les résultats les plus spectaculaires. Depuis, de nombreuses publications vantent les mérites de cette plante dont elle fait toujours l'objet d'études. On vous propose donc de découvrir 5 raisons pour lesquelles la rhodiola est un must!

1. Meilleure réponse au stress Une étude a montré que la rhodiola a un effet anti-stress sur l'axe hypothalamo-hypophysaire, axe qui contrôle les glandes et différentes hormones (1).

2. Amélioration de l’humeur Une étude de 2016 souligne les possibles effets de la rhodiola sur l'humeur en se basant sur les résultats cliniques de plusieurs études dont une avec un échantillon de 146 personnes ayant un trouble dépressif majeur (2).

Le matcha est un thé vert japonais unique en son genre. Son nom, aussi gourmand qu'exotique, signifie « thé finement broyé ». Contrairement à tous les autres thés du monde, ce ne sont pas des feuilles que l'on infuse, mais une poudre qu'on émulsionne au contact de l'eau chaude. Sa préparation très spécifique fait tout le charme de cette boisson traditionnelle encore confidentielle, dont la saveur n'a d'égale que ses vertus. Thé en poudre sans infusion, il se boit, se mange et s'utilise même en soin de beauté. Avec sa robe couleur pistache, sa texture farineuse et son goût d'herbe fraîche, le matcha est, à lui tout seul, une invitation à oublier tout ce que vous pensiez savoir sur le thé vert... Alors qu'un café entièrement dédié au matcha a ouvert ses portes cette année à Paris, zoom sur les secrets d'une authentique bombe nutritionnelle.