Les Français sont accros aux médecines douces : voilà la conclusion d'un sondage national publié en décembre 2017. On y apprend d'abord qu'au cours des 12 derniers mois, 58 % des Français ont eu recours aux médecines douces pour se soigner : les « thérapies alternatives » les plus fréquemment citées sont l'ostéopathie, l'acupuncture et l'homéopathie. Et la tendance va en s'amplifiant : 82 % des personnes interrogées pensent ainsi utiliser « encore plus souvent » les médecines naturelles à l'avenir. Ces thérapies séduisent plutôt les femmes puisqu'elles représentent 72 % des convaincus. Et l'homéopathie, l'acupuncture et l'ostéopathie attirent principalement les Français âgés de 35 à 50 ans – ils représentent 70 % des aficionados. Pourquoi avoir recours aux médecines complémentaires plutôt qu'à l'allopathie – c'est-à-dire la médecine « classique » ? Dans 72 % des cas, les sondés recherchent des soins « plus naturels », tandis que 50 % des adeptes évoquent « une prise en compte à la fois du corps et de l'esprit ». Enfin, 30 % soulèvent des « doutes sur la sécurité des médicaments » traditionnellement prescrits par les médecins... Si 85 % des plus de 35 ans pensent que les "médecines douces" « peuvent être très efficaces », 68% considèrent « que les bénéfices des soins tiennent aux compétences du thérapeute ». Et donc 65 % demandent une recommandation à leur entourage pour ne pas aller voir n'importe qui. A bon entendeur...