Les coups blues hivernaux s’évitent… dès l’été, en mangeant des féculents, des céréales et des légumineuses. L’objectif : faire le plein de magnésium et de vitamines B, garants de notre bonne humeur et de notre énergie. Reste qu’une fois l’hiver arrivé, nous pouvons retrouver notre tonus par quelques réglages simples de nos habitudes de vie :

- Veiller à diversifier notre alimentation et à en conserver les qualités nutritives : des légumes de saison cuits et crus (pour la préservation des vitamines, oligoéléments et enzymes), des oléagineux comme les amandes ou les noix...

- Repenser sa consommation de fruits, comme par exemple : une banane, accompagnée de deux carrés de chocolat noir à 17h. En effet, la banane favorise la sécrétion de la sérotonine, l’hormone de la relaxation et de la bonne humeur, puis de la mélatonine, hormone qui elle favorise un bon endormissement et un sommeil de qualité. N'oubliez pas de consommer d'autres fruits frais bourrés d'antioxydants et de vitamines. Toujours entre les repas, pour veiller à une bonne digestion et donc à un meilleur tonus.

- Associer légumes avec céréales ou légumes secs à chaque repas pour avoir un taux de sucre constant dans le sang et conserver une énergie tout au long de la journée. L’objectif : éviter les pics d’hypoglycémie qui tendent à nous inviter à manger des mauvais sucres (pâtisseries, viennoiseries, barres chocolatées, sodas, etc...)

- Manger du poisson plusieurs fois par semaine : maquereaux, sardines, anchois pour la santé des neurones et du système cardiovasculaire... Sans oublier de vous laisser tenter par un plateau de fruits de mer hebdomadaire. En hiver particulièrement, nous venons rapidement à manquer d’iode (hors pathologie thyroïdienne). Lui aussi est garant de notre tonus et de notre bonne humeur.

- Veiller à la qualité des huiles végétales : pour obtenir l’apport nécessaire en Oméga 3, 6 et 9 tout au long de l’hiver, privilégiez l'huile d’olive associée aux huiles de colza, de cameline, de noix ou de lin bio, et toujours de première pression à froid.

- Si vous consommez des protéines animales, privilégier la viande blanche et pas plus de 300 gr par semaine. Et n'oubliez pas de déguster des oeufs à la coque car le jaune y recèle des trésors de santé (vit D, choline, vitamines B, bon cholestérol...).

- Enfin, opter pour une complémentation alimentaire, si le besoin s’en fait vraiment sentir. Au programme : un probiotique de qualité pour booster le système immunitaire, des huiles essentielles, des Oméga 3 et de la vitamine D3. Mais demandez toujours conseil à votre naturopathe. Chaque cas est unique !

Le saviez-vous

Lire un chapitre par jour allonge l’espérance de vie

Une étude récemment publiée dans la revue Social Sciences & Medecine devrait faire plaisir à tous les férus de lecture : lire 30 minutes par jour allongerait l’espérance de vie d’environ 2 ans ! Lire avec attention améliore les fonctions cognitives : enrichissement du vocabulaire et développement de la concentration, stimulation du sens critique, meilleur raisonnement et empathie. Si l’étude met en avant les livres, le support (papier, tablette digitale, livre audio…) ne semble pas avoir d’incidence particulière.

La naturopathie remboursée par certaines mutuelles

 La naturopathie n’est pas remboursée par la Sécurité sociale, mais des Mutuelles de santé de plus en plus nombreuses incluent dans leurs garanties la prise en charge des dépenses de santé dédiées aux thérapies naturelles. Renseignez-vous sur un comparateur :  http://www.mutuelles-pas-cheres.org/naturopathe-rembourse-mutuelle

 

Néandertal, naturopathe avant l’heure ?

C’est dans le tartre d’un fossile dentaire d’homme de Néandertal que des scientifiques ont trouvé des traces de peuplier. Son propriétaire qui souffrait d’un abcès dentaire encore visible semblait connaître les propriétés antalgiques et anti-inflammatoires de la plante. Cette trouvaille corrobore l’étude parue en 2012 qui démontrait que l’homme de Néandertal utilisait déjà la camomille et l’achillée millefeuille. L’usage de plantes médicinales remonte donc au moins à 48 000 ans…