Chute de température, manque de lumière… L’hiver qui se termine a peut être entamé votre moral. L’occasion de faire une cure de revitalisation.

Voici quelques conseils essentiels, mais qui ne remplacent pas un bilan personnalisé chez votre naturopathe. 

Si la cure détox est connue du grand public, les naturopathes ont aussi un autre outil, la cure de revitalisation. Elle permet de travailler sur 4 points essentiels : l’alimentation, le sommeil, l'activité physique et la connexion à la nature. 

Le printemps est le synonyme du réveil de la nature… Et pourtant, beaucoup d’entre nous se sentent fatigués physiquement ou mentalement. Peut-être même, avez-vous pris un peu de poids pendant l’hiver. Le corps est surchargé de toxines. Voici donc le moment venu, d’entamer votre cure détox. Attention, pas celles qui fleurissent chaque année dans les magazines à la mode ! Je vous propose une prise en charge individualisée spécialement adaptée à votre constitution, vos habitudes de vie et vos besoins profonds. 

 Le grand nettoyage de printemps

Notre organisme est régulièrement soumis à des agressions liées à notre mode de vie (stress, pollutions, tabac, sédentarité, polymédication) ou à notre alimentation (excès de sucres, de mauvaise graisses, de fritures, d’alcool, d’additifs en tout genre). Encore plus durant la saison hivernale où nous avons tous craqué pour des plats hyper caloriques. Tout cela favorise l’accumulation des toxines, ce qui épuise l’organisme et peut créer bien des ennuis de santé. Certes, nous possédons un système d’épuration via les émonctoires (foie, intestins, poumons, peau, reins), qui ont pour but de limiter la casse. Mais ces filtres peuvent très vite être dépassés par l’ampleur de la tache. Les signes révélateurs de cette intoxication sont très variables : maux de tête, rhumes fréquents, langue chargée, ballonnements, douleurs diffuses, insomnie, boutons, fatigue… Il est alors temps de se réveiller de la torpeur hivernale, pour se lancer dans le grand nettoyage de printemps. 

Si vous êtes un "sucrivore" invétéré, sachez que tous les sucres ne se valent pas du point de vue santé. Dans la jungle alimentaire, le fructose est celui que notre corps redoute le plus. Malgré son faible indice glycémique,  il peut devenir un véritable poison pour le foie. Etonnant direz-vous puisque ce fructose, on le retrouve dans les fruits et dans le miel, produits phares de notre bonne santé. Alors, ange ou démon ? 

Le saviez-vous

La plante des pulsions sucrées

Le gymnema sylvestre est une plante grimpante des fôrets de l'Inde. Ses feuilles, lorsqu'on les mâche, inhibent le goût du sucré. La médecine ancestrale ayurvédique l'utilise pour tous les problèmes liés à l'excès de sucre. En effet, elle stimule la production d'insuline et ralentit l'absorption du sucre au niveau intestinal. Très puissante, elle doit être utilisée sous le contrôle d'un thérapeute, notamment en cas de diabète.

Néandertal, naturopathe avant l’heure ?

C’est dans le tartre d’un fossile dentaire d’homme de Néandertal que des scientifiques ont trouvé des traces de peuplier. Son propriétaire qui souffrait d’un abcès dentaire encore visible semblait connaître les propriétés antalgiques et anti-inflammatoires de la plante. Cette trouvaille corrobore l’étude parue en 2012 qui démontrait que l’homme de Néandertal utilisait déjà la camomille et l’achillée millefeuille. L’usage de plantes médicinales remonte donc au moins à 48 000 ans…

Lire un chapitre par jour allonge l’espérance de vie

Une étude récemment publiée dans la revue Social Sciences & Medecine devrait faire plaisir à tous les férus de lecture : lire 30 minutes par jour allongerait l’espérance de vie d’environ 2 ans ! Lire avec attention améliore les fonctions cognitives : enrichissement du vocabulaire et développement de la concentration, stimulation du sens critique, meilleur raisonnement et empathie. Si l’étude met en avant les livres, le support (papier, tablette digitale, livre audio…) ne semble pas avoir d’incidence particulière.